L’amour aux temps du corona

On dirait presque un titre de Gabriel García Márquez. Presque.

Peut-on malgré ces moments troubles aimer comme avant, de manière insouciante, légère, candide? A-t-on le luxe d’être romantique? Toutes ces nouvelles affligeantes sur les décès, ces notifications qui surgissent quotidiennement sur nos téléphones et qui font le bilan des régions touchées, ces points de presse drabes qui annoncent les vagues à venir, tout cela pèse lourdement sur la conscience. Pourtant, cette ambiance d’enterrement nous fait aussi basculer vers un extrême opposé :  une pulsion de vivre, une envie d’aimer puissamment.

Cette impression de fin du monde nous pousse à trouver l’essentiel chez soi et dans nos relations amoureuses. Elle nous exhorte à chercher quelque chose de vrai, d’authentique, à dire les choses comme elles sont. C’est ce que j’ai compris à travers mes propres expériences, mêlées à celles de tou.te.s les volontaires qui ont participé à ma série de photographies sur l’intimité et le confinement.

Même si demain est incertain, le désir de trouver un.e ou des partenaires était encore plus pressant chez certaines personnes. Même si tout est chamboulé, des amants et amantes se sont découvert.e.s dans des circonstances extraordinaires. Durant une séance photo par webcam où chacun dirigeait son propre téléphone sur soi, dans un décor abstrait qui rappelle une ville anonyme, comme dans un roman magique de Márquez, iels m’ont offert quelques fragments d’intimité.

Élise et Robinson

(Élise) C’est un stress de plus de contrevenir aux règles , c’est sûr. En même temps, c’est un grand réconfort d’avoir quelqu’un sur qui s’appuyer en ce moment. C’est aussi une drôle de dynamique pour les dates, puisque tout est fermé.

(Robinson) Le confinement m’a fait prendre du recul sur ma manière d’aimer et de nouer de nouvelles relations.

Cécile et Laura

Ça nous a donné du temps pour nous connaître plus profondément comparé à ce qu’on aurait fait en temps normal, tout en accélérant certaines étapes de notre relation.

Miryam et Drake

Préservé.e.s des distractions sociales, nous nous sommes tout de suite immergé.e.s dans notre intimité émotionnelle. Pas de superflu ni de formalités.

Luca et Charles

(Luca) Ça m’a permis de prendre plus de temps pour lui faire confiance et vivre mon anxiété relationnelle comme du monde au lieu de simplement l’éviter, je n’avais aucun autre choix que d’y faire face. Ça m’aide x1000 à guérir de la relation abusive dans laquelle j’étais et ça me montre que l’amour n’est pas exactement ce que je pensais finalement, dans le bon sens de la chose.

(Charles) Le confinement a fait en sorte que j’ai pu découvrir plus rapidement cette personne dans son intimité, ce qui m’a permis d’être aussi authentique avec elle qu’elle l’était avec moi.

Stefania et Joel

(Stef) : L’impossibilité de sortir publiquement fait qu’on ne se connaît pas socialement; chaque interaction qu’on a avec une troisième personne est une découverte d’une nouvelle facette de l’autre personne.

(Joel) : Le confinement a redéfini ma conception de la relation.

Sarah et Charles

Tout ce qu’on a vécu ensemble s’est fait durant le confinement. Notre couple est devenu le centre de notre vie sociale, familiale et affective, et nous ne pourrions nous imaginer vivre l’un sans l’autre, comme si nous avions toujours été uni.e.s.

Will et Zoya

À cause de la pandémie, on n’avait pas les options typiques de « dates » (ciné, dinner date, bars, etc.). Ça nous a poussés à nous connaître plus rapidement, on a passé beaucoup de moments au bord du canal Lachine à vraiment apprendre à se connaître. On écoutait de la musique, on buvait du vin, on s’est tellement rapproché.e.s comme ça.

Antoine et Cédric

Nous avons dû trouver des manières de se voir en cachette sans que nos parents le sachent.

Stefany et Nicolas

Le confinement a eu l’effet d’accroître le dévoilement de nos personnes dès nos premières rencontres. Une écoute bienveillante et un respect de nos besoins sont devenus les alliés de nos plaisirs partagés.

Crédits :

Photos : Hamza

Maquette de la ville : Camille Barrantes

Retouches photos : Camille Dubuc

  • Donato, S., Parise, M., Pagani, A. F., Lanz, M., Regalia, C., Rosnati, R., & Iafrate, R. (2020). Together against COVID-19 concerns: the role of the dyadic coping process for partners’ psychological well-being during the pandemic. Frontiers in Psychology, 11.

    Hensel, D. J., Rosenberg, M., Luetke, M., Fu, T. C., & Herbenick, D. (2020). Changes in solo and partnered sexual behaviors during the COVID-19 pandemic: Findings from a US probability survey.

    Pietromonaco, P. R., & Overall, N. C. (2020). Applying relationship science to evaluate how the COVID-19 pandemic may impact couples’ relationships. American Psychologist.

    Toates, F. An integrative theoretical framework forunderstanding sexual motivation, arousal, andbehavior. J. Sex. Res. 46, 168–193 (2009).

Rédaction de cet article
  • Déçu de ne pas être devenu byzantiniste, Hamza a rangé son diplôme en histoire dans un comptoir de sa cuisine, là où l'on met les piles semi-vidées, les élastiques et les autres objets qu'on pensait perdus. En attendant de renouer avec Constantinople, il aime faire de la photo, voir des personnes à travers son objectif faire des mimiques, les voir faire semblant jusqu'au moment où elles oublient de prétendre... et clic. Il prend seulement ce qu'elles lui donnent; parfois de la vulnérabilité, de la fragilité, une parcelle de soi, quelques vérités.

Annotations de cet article