Malgré que ma libido aie monté en flèche avec cette quarantaine, j’appréhende ma prochaine relation sexuelle… Mes derniers rapports, je me suis fait traiter comme un simple objet sexuel, je n’ai pas envie de revivre l’expérience… Au moins, sans pouvoir rencontrer de nouvelles personnes, je peux enfin me concentrer sur moi et mon plaisir.

Femme Hétérosexuel.le 21 ans

TW Agression sexuelle, masculinité toxique

J’ai subi une agression sexuelle il y a maintenant près de deux ans. Je fête en célébrant l’imbécilité de la masculinité toxique. Ma dernière flamme m’a décris avoir «fait le tour» avec ses amis des filles de notre programme universitaire. Je me suis rarement senti aussi humiliée. Plus ça change, plus c’est pareil. Mon corps ne sert qu’à assouvir les besoins d’hommes hétéro cis qui ne sont pas authentiques. C’est peut être le prétexte qu’il me fallait pour assouvir ma bisexualité refoulée

Femme Hétérosexuel.le 25 ans

Attention

On préfère vous prévenir que cette confession fait référence à une agression sexuelle.

TW Violence sexuelle, abus

J’ai quitté mon ex-mari il y a au-dessus d’un an après des années de violence psychologique et sexuelle. J’ai réussi à partir quand ses abus sexuels sont devenus directs plutôt que manipulatoires. Je travaille avec lui et nous avons deux enfants ensemble. Sa présence dans ma vie me répugne. Il a une copine depuis presqu’un an que j’ai envie de la prendre dans mes bras à chaque fois que je la vois. J’ai encore de la difficulté à croire que je mérite d’être respectée par la personne que j’aime. Il m’a brisée.

Femme Bisexuel.le 33 ans

Attention

On préfère vous prévenir que cette confession fait référence à une agression sexuelle.

Ça fait trois ans que je suis avec mon chum mais à cause de la quarantaine ça faisait un mois et demi qu’on ne s’étaient pas vus… Les retrouvailles ont été émotives, et sur le plan sexuel, oh la la! Ça m’a fait réaliser à quel point ça me manquait, de me faire jouir dedans et dessus, et de jouir pendant qu’il me lèche.

Femme Hétérosexuel.le 17 ans

Je suis capable de compter les fois où un.e partenaire m’a fait jouïr sur les doigts de mes deux mains. Pourtant c’est pas parce que je fréquente des égocentriques, c’est juste parce que ça arrive vraiment rarement. J’ai eu une longue relation dans ma vingtaine et il ne l’a jamais su. J’ai faké pendant 7 ans. Je ne fake plus maintenant. J’en parle. Des fois beaucoup, d’autres fois peu parce que ça me gosse. J’accepte le fait que je suis juste faite différemment. Je consulte une psy. Elle m’aide sur un paquet d’affaires et j’ai l’impression que ça va faire évoluer mes orgasmes aussi. Ou pas. Ce n’est plus si grave que ça.

Femme Orientation non spécifiée 33 ans

Pendant ma relation de 5 ans avec mon ex, je l’ai trompé (très) souvent. Pour m’exciter lorsque j’avais des rapports sexuels avec mon ex, je pensais aux autres gars avec qui je le trompais. Maintenant, je fréquente quelqu’un avec qui j’ai une chimie sexuelle et relationnelle incroyable. Depuis, je comprends l’importance de se respecter et de respecter l’autre!

Homme Homosexuel.le 23 ans

Avec le confinement, j’ai dû mettre ma libido « partagée » sur pause, mais mes rêves à deux, eux, sont plus torrides que jamais. Le subconscient n’oublie pas, lui. Je me réveille et j’y fantasme toute la journée!

Femme Bisexuel.le 27 ans

Je suis vierge, je ressens énormément de pression d’avoir des relations sexuelles alors que je ne me sens pas prêt.e. J’ai vraiment l’impression qu’il faudrait que je me force pour rencontrer des gens.

Non-binaire Pansexuel.le 19 ans

L’année passée, j’avais beaucoup de difficultés au niveau de ma sexualité avec mon ancien amoureux. Finalement, j’ai rencontré quelqu’un qui respectait mon rythme et qui a écouté mes besoin au lit. Moi et lui c’est terminé, mais j’ai hâte de finir la quarantaine pour retrouver une sexualité aussi positive avec quelqu’un à nouveau !

Femme Bisexuel.le 20 ans

Ça fait 2 ans que je suis célibataire et que je me pitche sur tout ce qui bouge, surtout par le biais des dating app. C’est ironique, parce que si j’avais eu cette libido débile quand j’avais un copain notre couple se serait peut-être mieux porté. Inutile de dire que le confinement me rend vraiment tendue. Je me masturbe 5-6 fois par jour et je fais du sexting sans arrêt. J’ai vraiment hâte de pouvoir briser ce mur virtuel qui me sépare des corps !

Femme Hétérosexuel.le 25 ans

TW Agression sexuelle, mineure

J’ai beaucoup de difficulté à m’accepter comme je suis. Je me suis fait agresser par quelqu’un que je n’aurais jamais crû qu’il l’aurais fait et depuis ce jour mon désir sexuel n’est plus le même et je remet tout en question. J’ai envie d’aller plus loin avec quelqu’un, mais lorsqu’on arrive un peu plus loin que les préliminaires je perds toute confiance et je me sauve.

Femme Hétérosexuel.le 17 ans

Je suis en relation avec des femmes depuis toujours. Mais j’ai toujours rêvé de me faire sodomiser par un homme. Pas game d’aller dans un bar gai, et les escortes ont de trop gros pénis.

Homme Hétérosexuel.le 39 ans
[Routine masturbatoire no 3] Quand j’ai envie de jouer avec mon dildo en verre, je me prépare à l’avance: puisque je déteste le froid, je prends le temps d’écouter un ou deux épisodes de série tout en étant couchée dessus pour pouvoir le réchauffer à ma température. Then the fun begins. 🔥

Femme Bisexuel.le 24 ans

Je suis célibataire. Le confinement actuel fait en sorte que je ne peux pas vraiment exploiter cette liberté pour frencher/cruiser/whatever avec quiconque et c’est ce qui me manque le plus. Les contacts physiques, les touchers, le flirting, s’apercevoir qu’on plaît à quelqu’un. Ce qui me fait le plus peur quand on va retrouver notre vie normale, c’est que je vais assurément me pitcher sur toutes les filles, juste pour avoir ce french, ce toucher. Ma confiance en moi va peut-être se rebâtir ainsi, ironiquement, puisque celle-ci est plutôt basse depuis plusieurs mois. C’est weird tout ça. Fait que est-ce que je fonce ou bien je me retiens? Dilemme moral et à la fois physique.

Homme Hétérosexuel.le 37 ans

Je suis dans un couple ouvert et lui, non. On se se sextait, on s’envoyait des photos et on se filmait.. pendant 5 mois. On travaillait ensemble et ça arrivait qu’on se teasait tellement qu’on allait se faire jouir individuellement aux toilettes. On s’allumait pendant des heures, orgasmes après orgasmes. J’étais dépendante de mes fantasmes et de cette excitation constante. À la simple vue de son nom sur mon téléphone, je sentais ma culotte s’humidifier. Il s’est fait prendre à deux reprises, la 2ème fois mit fin subitement à nos échanges. Depuis, je n’arrive plus à retrouver des orgasmes et une excitation aussi intense. Je fantasme encore à l’idée qu’il me touche et je n’arrive pas à combler ce vide. Je me touche moins souvent et je me retrouve complètement insatisfaite sexuellement.

Femme Bisexuel.le 24 ans

J’ai toujours eu une libido intense par rapport à la plupart des gens. C’est même plutôt dur de trouver des partenaires qui peuvent soutenir cette frénésie sexuelle. C’est vraiment étrange (ou peut-être que ça s’explique parfaitement), parce que je viens d’une culture où la sexualité est très tabou. Parfois, je ressens comme une honte à mon plaisir sexuel. Je me masturbe un après-midi entier et je me sens mal. Comme si je perdais petit à petit ma vertu à chaque orgasme. C’est une chose que je m’avoue difficilement… moi si féministe et pro libération sexuelle!! J’aimerais qu’un jour je me sente si bien dans mon corps et ma tête que je puisse jouir sans retenue, sans que ça me prenne des heures pour m’abandonner à quelqu’un. Juste me laisser être vulnérable du début à la fin.

Femme Bisexuel.le 22 ans

Moi ça fait 15 ans que je suis avec mon mari… après quelques épisodes dramatiques au début, je n’ai plus jamais couché avec d’autres gars. Bizarrement, ça ne me manque pas. J’ai accouché pour la deuxième fois il y a peu de temps, mais faire l’amour avec lui est toujours, sinon, plus, satisfaisant… je touche du bois pour que notre chance (compatibilité!) dure éternellement! Confinement? Ne change pas grand chose pour nous: pour notre santé mentale et relation harmonieuse on a encore besoin de jouir plusieurs fois par semaine. Ensemble. C’est tout.

Femme Hétérosexuel.le 42 ans

Je suis dans une relation malsaine depuis maintenant 2 ans. Je fais de l’anxiété depuis le premier jour et pleurer est devenu aussi normal que rire. Je suis incapable de m’en sortir parce que personne ne m’a fait jouir comme lui. Jamais. Une chimie sexuelle qui donne des frissons. Puis, c’est réciproque. Chaque fois qu’il me pénètre, j’oublie toute la souffrance et ça recommence. Le même cercle vicieux depuis 24 mois. Je me sens conne… mais je vous jure que c’est plus fort que moi. Je ne l’ai pas vu depuis le début du confinement parce qu’il travaille dans les services essentiels. Mais moi, il me manque, mon service essentiel. J’en souffre. Même s’il permet à plusieurs de moins souffrir, moi, je souffre. Ça aura pris une pandémie pour l’oublier.

Femme Hétérosexuel.le 25 ans

Jamais eu autant de tension sexuelle entre moi et mon chum que quand on ne s’est pas vus pendant trois semaines… Une chance qu’on a pu être seuls quand on s’est revus, sinon on aurait réveillé toute la maison 😉

Femme Hétérosexuel.le 20 ans

Il me regarde souvent profondément, il me souffle son haleine dans le visage, il met son pénis entre mes cuisses le matin, juste comme ça, parce qu’on est bien. Il renifle mes cheveux, il met de la bave partout, il m’écoute, me questionne, je suis chatouilleuse, il aime ça, mais il n’en abuse pas, il porte deux boucles d’oreilles dans le même trou, il aime me voir jouir, il en raffole, sa voix est belle, il a des taches de rousseurs sur les épaules, on passe beaucoup de temps au lit. Je m’autorise de vivre ça avec lui, en confinement, je m’ouvre.

Femme Hétérosexuel.le 24 ans

Ça fait quelques années que je suis avec mon chum et sa libido n’est pas très haute depuis environ 1 ans et la mienne est constamment dans le tapis. Je ne veux pas le faire sentir mal, mais j’ai l’impression qu’il ne comble plus mes besoins et j’ai envie d’aller voir ailleurs. Quand j’y pense, je vois à quel point je l’aime et je ne pourrais jamais lui faire ça. Je me sens mal et quand je lui parle de notre vie sexuelle, il se bloque un peu. Je suis tellement perdue !!

Femme Pansexuel.le 20 ans

Depuis le confinement mon copain n’est plus aussi intime et attiré à l’idée d’avoir des relations sexuelles et j’en viens à me dire que c’est sûrement moi le problème. Je suis sûrement pas assez belle, pas assez mince et pas assez «hot» pour le turn on et ça me rend triste et anxieuse.

Femme Hétérosexuel.le 30 ans

J’étais en couple depuis déjà quelques années quand j’ai commencé à pleinement assumer ma bisexualité il y a un peu plus d’un an. Mon chum l’accepte à 120% et est vraiment ouvert à l’idée que j’aie mes moments avec une ou des partenaires féminines, mais je vous confirme que ce n’est pas une mince tâche de rencontrer la/les bonne(s) personne(s) et de trouver le bon moment et le bon endroit pour que ça se réalise (concept qui n’existe évidemment plus depuis le début du confinement). Avec tout ça, je n’ai finalement jamais vraiment eu la chance de pouvoir vivre ces désirs et plus le confinement avance, plus ça m’obsède. Tout ce dont j’ai envie en ce moment c’est de pouvoir toucher, licher, embrasser le corps d’une femme, mais je suis en confinement avec mon chum! Bad timing vous dites?

Femme Bisexuel.le 26 ans

Une des choses dont je m’ennuie le plus en étant confinée loin de mon copain, c’est l’après-relation sexuelle. Le petit rire complice suivi d’un petit baiser et d’un calin quand je reviens de la salle de bain. Un genre de petit moment anodin sur le coup, mais qui est un symbole de connexion, de rapprochement. Je m’ennuie de me coller sur son corps tout chaud, satisfait, détendu.

Femme Hétérosexuel.le 28 ans