Je suis en couple depuis longtemps, Mais je ne peux demander à ma blonde tous les jours de me satisfaire sexuellement… tous les jours je me masturbe, bien sûr elle le sait, j’en oublie parfois le tube de lubrifiant sur la table de nuit. Comment satisfaire à un scorpion bien aiguisé? Je me dis qu’au moins je ne la trompe pas.

Homme Orientation inconnue 30 ans

Mettre un doigt dans l’anus de mon amoureuse durant le sexe : ça m’excite, et ça lui donne des orgasmes puissants.

Homme Hétérosexuel.le 39 ans

J’aime mon fiancé plus que tout au monde. Mais, parfois, j’ai hâte que la pénétration finisse et je pense à mon ex-amant. Je ne peux pas m’empêcher de penser que malgré tout mon amour, ma sexualité ne sera peut-être jamais parfaitement comblée. Est-ce que ça se peut en fait, être parfaitement comblée?

Femme Hétérosexuel.le 23 ans

J’ai demandé à l’univers de mettre sur mon chemin un homme à l’aise avec son corps et sa sexualité. J’ai rencontré M, quand il me touche le désir papillonne partout dans moi, en quelques secondes je deviens vibrante, mouillée, assoiffée. J’ai jamais autant eu de plaisir à faire l’amour, mon énergie sexuelle circule en moi et je la laisse enfin exister. Merci univers.

Femme Hétérosexuel.le 38 ans

Ma première fois avec une femme s’est passée avec une amie. Je me questionnais sur mon orientation sexuelle et cette amie a pris sur elle de m’aider à explorer. Ça s’est passé dans le plus grand respect et je garde des souvenirs très doux de cette nuit-là.

Femme Bisexuel.le 30 ans

TW: agression sexuelle

J’ai souvent en tête des souvenirs de certaines nuits de coït passionnelles qui sont derrière moi. Ce qui m’empêche de recréer des souvenirs et des expériences, c’est l’ultime nuit ou je ne me suis pas sentie respectée et j’ai été utilisée comme un vulgaire objet. Sortir cette nuit-là de ma tête est impossible. J’aimerais arriver à rencontrer d’autres personnes mais l’anxiété est si forte qu’elle me fait reculer constamment.

Femme Pansexuel.le 20 ans

TW: agressions sexuelles, mineures

Récemment, à ma job, plusieurs filles ont dévoilé qu’elles avaient subit des agressions sexuelles (physiques et verbales) de la part de nos deux employeurs, des hommes. J’en ai subit aussi. Les deux étaient constamment entrain de faire des commentaires et des gestes à caractère sexuel à leurs employées majeures autant que mineures (par exemple: « arrête de faire des bêtises, je vais te battre dans la chambre » ou encore du touchage de cul…). J’ai eu un méchant wake up call. J’ai réalisé que dans toute ma vie il n’y aucun homme en position d’autorité qui m’a donné 100% confiance. Jamais. Comment sommes-nous sensées nous sentir en sécurité dans le métro ou dans la rue si nous ne pouvons même pas faire confiance aux hommes que nous connaissons ????

Femme Orientation non spécifiée 17 ans

Ma confession c’est que je trippe sur deux gars et que j’aimerais vraiment qu’on puisse coucher ensemble les trois, mais je ne sais pas comment amener le sujet à la discussion. Je suis assez fluide dans mon orientation sexuelle, mais pour la plupart de mes amis dont les deux gars en question, c’est très hétéronormatif. Je ne sais pas comment chacun prendrait la chose et j’ai peur de me faire juger ou rejeter après leur en avoir parlé. Je ne sais pas si c’est une bonne idée non plus de peur que, par la suite, l’ambiance soit toujours un peu weird quand on se retrouve dans les mêmes soirées. On fait tous partie de la même gang et donc, ça pourrait être très étrange dépendamment de ce qui se développe par après. J’ai l’impression que je dois faire un choix entre les deux, mais je ne sais pas comment. HELP le Club! xoxo Gossip Sexu

Femme Orientation non spécifiée 23 ans

Je suis en questionnement par rapport à mon orientation sexuelle depuis un moment maintenant et j’ai toujours un peu laissé ça de côté, parce que j’ai peur de me coller une étiquette qui finalement ne me satisfasse pas. Mais depuis quelques temps, j’ai rencontré plusieurs nouvelles amies qui font partie de la communauté LGBT, et je crois que leur présence dans ma vie m’aide énormément à normaliser mon questionnement puisque je sais que je suis dans un environnement ouvert et positif. Je réalise à quel point la représentation c’est important !

Femme Orientation inconnue 21 ans

Je ne me souviens pas à quel moment j’ai compris que je m’intéressais autant aux hommes qu’aux femmes, mais je me souviens que j’avais 13 ans la première fois où j’en ai parlé ouvertement. Je suis allée me confier à un intervenant scolaire. Il n’était pas ouvertement gai, mais tout le monde était au courant; il avait aidé une fille de mon année à faire son coming out en tant que lesbienne. Quand je me suis confiée à lui, il m’a dit qu’en grandissant, je me ferais des ami.e.s homosexuel.le.s, que ça m’aiderait à choisir qui je préférais entre les hommes ou les femmes. Ça m’a pris dix ans à accepter que je ne choisirais pas. J’ai aujourd’hui 30 ans, j’ai eu des expériences et je me considère encore et toujours comme bisexuelle. Et je l’accepte enfin!

Femme Bisexuel.le 30 ans

Je suis une femme cis bisexuelle, mais en couple hétéronormatif avec un homme cis. Nous avons un enfant ensemble et nous sommes généralement très bien ensemble. Ceci dit y’a toujours quelque chose qui me chicote, à chaque fois que je vois une femme de mon goût, ou bien que je pense à mes anciennes histoires, j’ai un regret de ne pas embrasser cette partie de moi. J’ai aussi un profond malaise à ce que les gens prennent pour acquis que je suis hétéro quand ma sexualité est plus complexe que ça. Puis en même temps, moi-même parfois j’ai l’impression d’être un peu moins bi puisque ma relation est avec un homme, ceci dit peut-être que sur le long terme, j’aurais la même impression avec une femme.

Femme Bisexuel.le 24 ans

J’ai 20 ans et je découvre finalement ma sexualité. Une étape à la fois, dans la délicatesse de l’intimité, je vis de nouvelles sensations qui donnent des frissons. Ça peut sembler tard, à mon âge, de perdre sa virginité, mais je suis fière de m’être respectée et d’avoir attendu le moment que je me sentais prête avec la bonne personne.

Femme Hétérosexuel.le 20 ans

J’ai déjà lu une publication similaire ici, mais là ! Est ce qu’il y a une raison pourquoi la sexualité est toujours définie par la pénétration (anale ou vaginale) ? Mon chum et moi, on est des hommes gais cis. Je déteste la pénétration anale – vraiment beaucoup. On n’en fait donc pas. Mais quand on a des conversations sexuelles avec d’autre gens, ça finit toujours par être étrange, qu’on ne soit ni l’un ni l’autre « top » ou « bottom ».  Comme si notre identité sexuelle gaie devait se définir par être top ou bottom… Les fellations, les becs, les caresses et la masturbation sont des gestes sexuels à part entière, ok?

Homme Homosexuel.le 25 ans

J’ai toujours pensé que j’étais intensément hétéro, et ce, malgré le fait que je frenchais des fois des amies dans certaines fins de soirées. Cet hiver, c’est aller légèrement plus loin avec une de mes amies et j’ai réalisé que j’avais vraiment envie d’explorer. J’ai aussi réalisé que je pense avoir commencé à avoir des crush pour des femmes alors que j’avais à peine 4 ans, mais que vu l’hétéronormativité, je n’ai jamais pensé que cela était significatif. J’ai eu récemment ma première date officielle avec une femme et je l’ai fréquentée un peu, et j’ai vécu des moments incroyables avec une belle humaine. Je ne sais pas encore si je suis bi ou pan ou je sais pas quoi, mais aujourd’hui je dirais que je ne suis plus hétéro!

Femme Orientation inconnue 32 ans

Hello, moi je ne sais pas si je suis la seule, mais je trouve ça très très dur (cette année particulièrement, puisque je n’ai pas eu l’occasion de fêter la Pride et rencontrer d’autre monde dans la communauté LGBTQ+) de supporter l’hétéronormativité omniprésente autour de moi. Tout le monde vit bien le fait que je suis gaie, mais personne d’autre ne l’est autour de moi. Je me sens tellement seule parfois que j’en viens à douter. :(( Suis-je la seule dans cet espèce de passe weird de remise en question plate?

Femme Homosexuel.le 16 ans

J’ai toujours été en questionnement. La première fois que j’ai commencé à le faire je devais avoir 14 ans. Je trippais sur Antoine, mais j’étais aussi ouverte à embrasser Elise. Et c’est comme ça depuis, je vogue dans le questionnement sans être capable de m’arrêter à aucune étiquette. Hétéro, bi, pan, lesbienne… rien ne me va. Dernièrement j’ai commencé à réfléchir à l’expression queer. Et si ça me convenait? Queer est donc devenu, pour moi, la possibilité de ne pas s’afficher. De ne pas choisir d’étiquette. À l’avenir, si on me challenge sur mon orientation sexuelle, je crois bien que cela sera ma réponse.

Femme Orientation non spécifiée 32 ans

Pour moi, ma queerness a toujours été un élément de grande fierté, mais comme, juste à l’intérieur de moi. Je n’ai jamais eu à faire un coming out, je n’ai jamais subi de discrimination (à ce que je sache) à cause de mon orientation sexu. Ça fait que je me sais hyper privilégiée et je me sens un peu imposteur, même, par moments. De marier un homme et que la majorité de mes relations amoureuses aient été avec des hommes, c’est un peu comme si j’étais pas une bi valide aux yeux des gens. Mais trop bi pour les lesbiennes. T’sais. Ce n’est pas évident à naviguer, mais ça reste une grande fierté que je tente maintenant de partager plus publiquement.

Femme Pansexuel.le 31 ans

En tant qu’intervenante queer (pas toujours out avec mes jeunes), ça me rend fière de voir que pour les jeunes l’hétéronormativité est de moins en moins présente et qu’ils ont une ouverture d’esprit infiniment grande face à la diversité sexuelle! C’est beau à voir quand un.e jeune ne fait pas de cas parce que sa meilleure amie date une fille ou encore quand un petit gars hétéro reprend son ami qui vient de dire ayoye c’est « gai!» en lui disant de ne pas associer « gai » à une situation négative! Ça donne espoir!

Femme Pansexuel.le 25 ans

Toute mon enfance, on m’a traitée de petit gars manqué parce que je me tenais seulement avec des garçons, que j’aimais jouer aux Lego et que je n’aimais pas le « linge de fille ». Ça m’a toujours chiquotée. Sans me sentir trans, j’me suis jamais sentie comme… une vraie fille. Jusqu’à ce que je fasse mon coming out. Me confirmer mon homosexualité m’a donné des ailes. Je suis une jeune femme. Je me sens femme. C’est pas parce que je n’entre pas dans les critères socio-normatifs que ça fait moins de moi une femme. Je vis pleinement ma féminité et j’aimerais qu’on dise à tous ces « p’tits gars manqués » qu’elles sont des filles. Des vraies.

Femme Homosexuel.le 26 ans

C’est à force de me questionner à savoir si j’étais trans que j’ai choisi de consulter et j’ai compris ce qu’était une personne genderfluid et que j’en suis une. J’assume maintenant mes 3 identités avec beaucoup de fierté, que je me sente féminine, masculin ou non-binaire, je sais que je suis moi-même.

Genderfluid Pansexuel.le 37 ans

Je suis tunisien et j’habite à Montréal depuis un certain nombre d’années. Je n’ai jamais connu la honte d’être gai, même en étant né dans une société conservatrice arabo-musulmane. Dès mon plus jeune âge, j’ai toujours su m’entourer de gens «différents» et qui m’ont toujours accepté. Mes parents ont plus de mal et c’est toujours un combat en cours, mais ils ne m’ont en aucun cas rejeté. Je suis fier d’avoir vécu et grandi où être moi était illégal et pourtant combattu ça, à mon échelle, tous les jours un petit peu. Je n’ai jamais été victimisé, ce qui n’est pas le cas malheureusement pour tout le monde là-bas où être gai est puni par la loi. Malgré ça, la communauté là-bas est belle, forte, résistante et insolente. Je suis fier d’en faire partie.

Homme Homosexuel.le 31 ans

J’ai 17 ans et ça m’est arrivé d’essayer à plusieurs reprises avec différents partenaires et que ça ne rentre pas et depuis que je suis avec mon copain, il me met tellement en confiance et prend tellement soin de moi que tout est parfait, aucun problème 👌🏻  c’est vrai que c’est psychologique. On veut pas se l’avouer parce que « on a envie de le faire, donc ça peut pas être psychologique », mais en fait c’est plus profond que ça. C’est souvent la confiance en soi et dès qu’on trouve LA personne qui nous instaure cette confiance tout est plus facile 🙏🏻

Femme Hétérosexuel.le 17 ans

Coucou, j’ai bientôt 25 ans et je n’ai jamais été dans une relation. J’ai perdu ma virginité à 22 ans et avant cela, je me trouvais tellement laide que j’étais convaincue que personne ne voudrait jamais coucher avec moi. Depuis, j’ai eu 6 relations sexuelles avec 6 partenaires différents, donc je sens que les hommes veulent bien coucher avec moi, mais que je ne suis pas « girlfriend material »… Juste la fille dont on se sert un soir et ciao, bye ou la fille noire qu’on check off une liste de fétiches sexuels « à essayer ». Je suis comblée dans les autres pans de ma vie, mais celui-là me fait sentir triste, seule et anormale. Until what point can you practice self love if nobody ever loves you back in return?

Femme Hétérosexuel.le 24 ans

J’aimerais beaucoup (re)découvrir le self pleasure et ma sensualité tout en étant en relation. Quand je suis en relation, je suis très orientée vers le plaisir de l’autre: ce qui lui plaît, ses besoins dans notre vie sexuelle commune. C’est satisfaisant, mais cet espace dédié à moi me manque. Comme si mes besoins s’éteignaient. J’en suis consciente parce que quand je suis célibataire, mes besoins et ma sensualité reprennent le dessus naturellement, de façon vive et ça me donne plein de confiance en moi. C’est juste plus difficile à cultiver quand je suis “with/about someone else”.

Femme Hétérosexuel.le 31 ans

Depuis plus de 1 an, je n’ai pas eu de relations sexuelles. Tout cela me manque terriblement! J’ai envie de vivre une sexualité ouverte et épanouissante, mais aussi de faire beaucoup l’amour par le fait même! J’ai besoin d’un homme attentionné…d’un lover! Où es-tu?

Femme Orientation non spécifiée 38 ans